Muriel Gauthier, Exposition Horizons Perdus

Muriel Gauthier, Exposition Horizons Perdus, à la Bibliothèque Flora Tristan de Bordeaux

dsc03645-light

Du 3 novembre au 4 décembre 2016, la Bibliothèque Flora Tristan du Quartier Belcier de Bordeaux abrite la très singulière exposition Horizons Perdus de la peintre Muriel Gauthier, membre du Collectif Les Indépendants Plasticiens de Bordeaux. Même si le nom peut évoquer le titre du célèbre roman Horizons perdus (1933) de l’Américain James Hilton, il s’agit d’un autre univers, celui d’un voyage imaginaire et émotionnel, où les formes et les couleurs évoluent dans des espaces frontaliers, entre l’évocation et la suggestion, entre la fluctuation aquatique et les rêveries aériennes, entre l’éphémère et l’intemporel. Les tableaux s’appellent Espace d’un instant, L’île des rêves, Émergence, Les Grands Fonds, Voile du Levant…

Lire la suite

Du body-art made in Russia

Du body-art made in Russia

© Photo : www.anatolbrusilov.com

Par La Voix de la Russie | Anatoli Broussilovski est un peintre, un écrivain et un maître du collage et de l’assemblage. La première séance de body-art qui a eu lieu dans son studio à Moscou a été couverte par le journal italien Espresso en décembre 1969. Le célèbre maître de la photographie possède toute une galerie unique de figures éminentes du non-conformisme russe « Le panthéon de l’underground russe » et est l’auteur de nombreux objets de joaillerie artistiques uniques, exposés pour la première fois en 2006 dans la galerie Gmurzynska en Suisse. Anatoli Broussilovski a parlé à La Voix de la Russie du premier body-art au monde, du cinéma expérimental et de sa liberté dans un pays totalitaire.
Lire la suite

Décalage vers le bleu

Décalage vers le bleu

Décalage vers le bleu est un collectif de quatre designers, Pierre Florence, Armelle Polette, Benjamin Rolin, Alexandra Valois, qui travaille à partir de l’idée d’un design sous sa forme la plus tactique. Décalage vers le bleu est une expression scientifique pour désigner un phénomène astrophysique. Lire la suite

Judith Avenel à l’Institut Bernard Magrez

Judith Avenel

A travers l’art et le corps comme médiation, Judith Avenel poursuit le cheminement d’une réflexion existentielle et esthétique. Le corps est partout, dans une omniprésence qui est aussi une « réelle présence », au sens où l’entendait George Steiner, dans le livre du même nom. Dans les souvenirs de Judith, une scène de dissection de cadavre place le corps au point de départ d’une interrogation sur les rapports entre vie et survie confrontées au « défi de la disparition des choses ». C’est bien le corps qui constitue « le socle du questionnement ». D’où la question : «Comment vivre la disparition et la perte»? Lire la suite