Astérix est-il raciste?

Les scribes noirs sont les ancêtres des "nègres littéraires", plaisantent les auteurs d'Astérix.

Auteur de l’article :  Charlotte Lazimi/lexpress

Dans Le papyrus de César, dernier album d’Astérix publié ce jeudi, les Noirs ont la lèvre charnue et l’accent prononcé. Tradition pour les uns, racisme ordinaire pour les autres, la caricature continue à faire débat.

Des lèvres très charnues, un accent qui escamote les « R » comme à la grande époque des publicités « Y’a bon Banania« : l’album inédit d’AstérixLe papyrus de Césarparu ce jeudi, ne bouleverse pas les habitudes. Les quelques personnages noirs sont identiques à ceux créés il y a cinquante-quatre ans par Uderzo et Goscinny. Une tradition pour les uns, une offense pour les autres.

Un physique contesté

Difficile, en lisant Le Papyrus de César, dernier opus en date de Jean-Yves Ferry et Didier Conrad, de ne pas remarquer « les scribes numides ». « On dit aujourd’hui ‘nègre littéraire' », plaisantent les auteurs en bas de la case qui introduit les personnages. Ces personnages muets et noirs sont dessinés dans la tradition classique néocolonialiste, à la façon de Hergé dans Tintin au Congo. En 2015, on peut s’interroger sur la pertinence d’une telle vision. La polémique n’est pourtant pas nouvelle.

Extrait d'Astérix, Le papyrus de César.

Extrait d’Astérix, Le papyrus de César.Edition Albert René / L’Express

Pour la sortie dAstérix chez les Pictes en 2013, le site Outre-mer 1ère s’intéresse déjà au sujet. Un constat: dans l’ensemble de la BD, les hommes noirs ont tous le même physique. La plupart du temps, ce sont des esclaves. Par ailleurs, un héros secondaire de la série, récurrent, le pirate Baba, chargé de guetter les bateaux depuis la hune, est doté d’un énorme accent africain – si l’on en juge par sa façon de ne pas prononcer les « R ». Surtout, il ne sait pas lire.

Le traditionnel pirate à la hune du bateau.

Le traditionnel pirate à la hune du bateau.Edition Albert René / L’Express

Lors de l’exposition consacrée à Astérix à la bibliothèque nationale en octobre 2013, Lilian Thuram avait confié son malaise devant le pirate Baba, dont le langage agace. « Je ne m’identifiais pas à lui », confie l’ancien footballeur, qui préfère évidemment l’intelligent héros Astérix. Une lecture partagée par la Brigade Anti Négrophobie: « La représentation des noirs est toujours négative. Les jeunes ne peuvent pas se projeter en lisant cette bande dessinée. »

Nicolas Rouvière, maître de conférence à l’université de Grenoble, auteur de trois ouvrages sur le célèbre gaulois, dont Le Complexe d’Obélix (PUF 2014), rappelle que ce personnage de Baba est la parodie d’un personnage d’une autre bande dessinée, Le Démon des caraïbes.

Une vision dépassée ?

« Astérix joue sur les stéréotypes, que ce soit au sujet des noirs, des Helvètes, des hispaniques, des Anglais, des juifs, analyse Nicolas Rouvière. C’est une moquerie des représentations à prendre au second degré. Uderzo et Goscinny jouent sur l’image du noir africain jovial. A aucun moment, il n’est question de dévaloriser ou d’humilier. Il n’y a aucun racisme à y voir. »

Le principe d’Astérix: reprendre ces clichés et les pousser à l’extrême. « Ils sont ainsi vidés de leur sens. C’est ce qui fait tout le comique de la série », plaide Nicolas Rouvière. Toute l’oeuvre de Goscinny se fonde sur cette confrontation entre le rebelle – le Gaulois dans Astérix- ou le sauvage et l’homme socialisé. « Les barbares, les indigènes y sont toujours plus polis et intelligents, moins violents que les hommes dit civilisés. Goscinny inverse volontairement les représentations. »

Ce qui interpelle le plus la Brigade Anti Négrophobie, ce n’est pas le physique « grossier » des personnages, issu « d’une longue tradition ». Pour le collectif, le racisme inconscient est plus dangereux. « Nous sommes en droit de nous interroger sur les ‘scribes numides muets’ dans Le Papyrus de César, explique un porte-parole du groupe. Dans le récit, l’un deux -du nom de Bigdatha – prend l’initiative de voler le chapitre censuré des mémoires de Jules César. Étrangement, il confie ce manuscrit à un Gaulois, inspiré de Julian Assange. Pourquoi ne serait-il pas lui-même le héros de l’histoire plutôt qu’un personnage secondaire? Ce processus s’applique aussi au cinéma français. On ne permet pas aux noirs de tenir des premiers rôles. Ils sont toujours des subalternes. »

Le Domaine des Dieux aussi ciblé

En 2014, un film d’animation consacré à Astérix est l’objet d’une nouvelle controverse. Sorti en 3D, Le Domaine des Dieux présente sur son affiche un héros noir musclé, vêtu d’une simple peau de léopard et de boucles d’oreille volumineuses. Les réactions ne tardent pas. Les réseaux sociaux s’insurgent. Ils jugent ce portrait raciste et inadmissible. D’autres remarquent que le film n’est doublé que par des acteurs blancs, une hérésie, selon eux. « Tout le monde a le droit de réagir. Mais, il faut pouvoir expliquer le contexte, insiste le chercheur. Dans l’ouvrage, le chef des esclaves (représenté sur l’affiche) se libère de l’assujettissement et mène le combat, aidé des héros. »

Astérix est-il raciste?

Capture d’écran

Astérix, « l’apologie de la brute »

Ces critiques sont anciennes, mais pas sans risque. En 2011, Michel Serres suscite l’émoi des fans du petit Gaulois en le critiquant sur France Info. Dans une de ses chroniques, le philosophe dénonce « l’apologie de la force brute, de la drogue et le mépris de la culture ». Les Gaulois se défendent grâce à une potion magique aux effets limités dans le temps, qui les rend invincibles. Et le barde Assurance tourix est souvent bâillonné, tant sa musique divise le village. Michel Serres y voit une attaque de la culture et un village accro à la potion magique et forcément violent. Devant la levée de bouclier (arverne…), le philosophe réagit et présente ses excuses.

Critiquer le mythe d’Astérix, c’est s’attaquer à un menhir.

Par Charlotte Lazimi